Intention et interpretation // Respect et considération

Leave a comment Standard

Intention et interpretation

20 janvier 2014 / Sur la route entre Bobo Dioulasso et Ouagadougou, Burkina Faso

La route est difficile et la chaleur ne facilite pas les choses. 
Le chauffeur roule depuis 5 heures et il décide de faire une halte dans un village pour que l’on puisse se reposer et éventuellement manger. Cette fois-ci, j’évite de manger trop lourd malgré les bonnes odeurs qui se dégagent des différents stands. La route est encore longue et j’ne veux absolument pas tomber malade durant le trajet.
Je me pose sous un arbre et profite du tronc pour m’assoupir et de son ombre pour me rafraichir. Une personne vient s’assoir à côté de moi, on discute de tout et de rien. Elle sort de son sac-à-dos deux sachet d’eau et m’en propose un. Je me dis qu’elle en aura surement besoin sur la route et je décide de refuser. A sa grande surprise, elle range le deuxième sachet. 

Quelques jours plus tard, quelqu’un m’expliqua qu’il est très mal vu de refuser de l’eau au Bénin. Une sorte de manque de respect. Ca doit être comme le thé à la menthe au Maroc. Je repense à cette personne à qui j’en ai refusé et j’espère sincèrement qu’elle a toléré ma maladresse et qu’elle n’a pas mal interprété ce refus.

Image

Respect et considération

Il est important de respecter les gens que l’on rencontre sur sa route. Peu importe son allure ou sa profession, la personne qui t’offre de son temps pour te parler, essayer de te vendre quelque chose ou même mendier quelques sous, mérite ta considération.
Et puis, souvent les gens aux histoires les plus incroyables sont les personnes les plus improbables. Croyez-moi.

28 janvier 2014 / Plage Fidrossé, Cotonou – Bénin

J’adore ce court moment, celui juste entre le coucher de soleil et la tombé de la nuit. Ce moment où le ciel prend une couleur pastel. 
Un homme s’approche de moi, djembé sous le bras. Il se met à jouer et chanter “Champs Elysée” et je lui fais signe, amicalement, de ne pas continuer. 
“Tu n’aimes pas ma musique” -me dit-il sur un ton triste.
Je lui explique alors que je n’ai que quelques pièces sur moi et que ça serait l’insulter de lui donner ces quelque francs en échange de sa musique. Il rigole et me demande quelle genre de musique je veux écouter. Je lui demande alors de me chanter une chanson de chez lui, une qui lui tient à coeur.
“D’accord, je commence par t’expliquer la chanson et ensuite je te la joues.” -me dit-il en commençant à taper sur son dejmbé. “Elle est dans ma langue natale” -rajoute-t-il.

La chanson parle de son histoire. De la nostalgie de ses puissants ancêtres, morts dans d’horribles conditions, et de l’espoir pour sa descendance.

Ce soir là, j’ai rencontré Mr. Semenou K. M. Agbédidi. Chanteur, compositeur et parolier.
Connu en tant qu’artiste sous le nom de SMAS, dit Papa Djembé.

Petit fils du roi de Zafi, Semenou Alokpo

Congo Brazza, J-3

Advertisements

Yaoundé, money talks

Leave a comment Standard

Money talks.

“200 francs, Bastos !”
“100 francs, Cathédrale !”
“500 francs, transports !”
“150 francs, rond point Nlongkak”

Le taxi ralentit, il faut rapidement crier sa destination et proposer un montant pour la course. Si c’est okay, il klaxonne et tu montes rapidement. Si c’est négatif, il accélère sans même te calculer.

Yaoundé rules.

Image